La saint-Valentin

 

J'ai vu les vols de radiateurs frôler les prises de terre. Fini le temps des assiettes en porcelaine. Depuis dix ans, le 14 février est une joyeuse bataille de coups bas quand le reste de l'année est réservée à l'égalité des sexes.

La ministre de la défense, Angela Valentin (ça ne s'invente pas!) dresse chaque année la liste des armes non-conventionnées. Malgré la Révolution du fer, les centrales vapeurs allumées ne sont toujours pas autorisées ni aucune autre machine électrique branchée. Le café bouillant renversé entre les jambes des soldats masculins est également proscrite depuis la mésaventure d'un café latté corsé jeté sur les jambes d'un individu allergique au lactose.

Je rajuste le bandana retenant l'avant de mes cheveux. Mon treillis regorge d'armes déjà testées et approuvées par mes victimes:

-        Racket de ping-pong: les chirurgiens esthétiques me sponsorisent avec bénéfice sur chaque nez cassé.

-        Aiguille à tricoter: ma meilleur arme. Vous n'imaginez pas tous les endroits où infliger la douleur.

-        Pistolet à billes: pour faire danser mon partenaire, je préfère la danse contemporaine à la javanaise.

Tapie dans la cuisine, zone neutre car proclamé dangereuse par la ministre Valentin, je prends une profonde inspiration pour faire monter mon sang froid.

Dès la porte ouverte, je serais propulsée dans un champ de bataille qui n'a rien à envier aux grosses productions américaines.

Le sang ralentit dans mes oreilles, je ferme les yeux, retiens ma respiration et pousse la porte. J'ai l'impression d'être un personnage de Dead or Alive, le short moulant rose et la poitrine prêt à exploser en moins.

Ce silence.

Pas normal. Rien dans les parages du salon, pas le moindre mouvement, pas la moindre ombre.

Quoique...

Á peine le temps de relever la tête, me voilà empêtrée dans un filet digne d'un lion puissant. Malgré le sentiment étranglant de défaite, je suis flattée d'un tel attirail.

Un peu moins quand je me retrouve face à un gnome de 7 ans aux tresses blondes que j'appelle ma fille.

-        Les alliances inter-sexes sont interdites et les...

Pas le temps de finir, je vois son père ficelé par des cordes à sauter multicolores, le dos calé sur un skateboard et la mine aussi intriguée que la mienne.

Quelques minutes plus tard, jetée dans un tas d'adultes ahuris entourées d'enfants aux costumes criards de Spiderman et de Dora l'exploratrice, je me sens toujours aussi perdue.

Une pancarte écrite au crayola et plantée au milieu des gnomes attirent mon attention.

 

            « NON AUX ARMES BIOLOGIQUES! NOUS NE SOMMES PAS DES BOMBES . »

 

Je sens que l'année prochaine, la liste des armes non-conventionnées va encore s'allonger.

 

Traverse asbl | 86/14 avenue Paul Deschanel - 1030 Bruxelles, Belgique | +32 2 216 15 10 | +32 477 763 622 | CONTACT